Je pratique la gravure depuis 15 ans environ .
J'ai étudié les arts appliqués à l'école Duperré à Paris puis j'ai été illustratrice. J'ai aussi fait de la peinture, de la photo et des marionnettes et je suis membre depuis 2006 de l'Atelier aux Lilas pour la typographie et l'estampe, où j'ai enseigné la linogravure. Depuis j'ai participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives en France et à l'étranger. J'habite à Rochefort depuis 2015.

 

La taille d'épargne

On appelle taille d'épargne la gravure sur bois ou sur lino:
Un dessin est reporté sur une plaque de bois ou de lino. Les parties blanches du dessin sont creusées à l'aide de gouges (en général plus petites que celle des menuisiers). On creuse autour du motif, qui lui, est "épargné" en surface. Puis, avec un rouleau en caoutchouc, on dépose une fine couche d'encre grasse sur cette surface. On pose sur la plaque encrée une feuille de papier et on presse fortement (à l'aide d'une presse si possible). L'image est transposée en miroir sur la feuille. Une plaque comprend généralement une couleur. Pour plusieurs couleurs, on creuse plusieurs plaques qui sont imprimées successivement sur la feuille, selon un calage précis.

 

La linogravure

C'est la gravure sur plaque de linoléum, ou lino. Ce matériau crée au XIXème siècle est composé d'huile de lin (d'où le nom), de poudre de bois et de liège et d'autres adjuvants naturels. Il se creuse facilement et offre une texture neutre (à la différence du bois qui est fibreux). Au XXème siècle, le plastic a été ajouté au lino pour les revêtements de sols et de meubles. Certains artistes utilisent ce matériau moins cher mais plus difficile à creuser